A.D.N. (Acide désoxyribonucléique)

 

TEASER  INTERVIEW RADIO 1   INTERVIEW RADIO 2  INTERVIEW RADIO 3

 

Mise en scène : Julie Louart

Chorégraphe : Océane Marié Cascade : Gunther Vanseveren Créatrice et régisseur lumières : Cécile Botto Régisseur lumières : Julien Livernier Concepteur vidéo : Adrien Favre Régisseur vidéo : Cyril Communal Scénographe : Julien Archieri Costumière : Alexandra Langlois

Ditribution :

Mark : Gary Guénaire Jan : Marine Voyeux Léa : Marie Jocteur Phil : Ivan du Pontavice Lou : Morgane Bujoli John Tate : Rémy Laquittant Danny : Louis Wahnich Médée : Camille Danan Cathy : Lou Patchenko Brian : Vincent Petrilli Adam : Pierre-Thomas Jourdan

Peut-on ôter une vie sans conséquence ?

Un groupe d’adolescents qui se cherchent, harcèlent un de leurs camarade, Adam et le laissent pour mort. Le groupe va alors devoir prendre des décisions, s’assumer jusqu’à se perdre.

« La vie elle-même n’est pas une solution, la vie n’a aucune espèce d’existence choisie, consentie, déterminée. Elle n’est qu’une série d’appétits et de forces adverses, de petites contradictions qui aboutissent ou avortent suivant les circonstances d’un hasard odieux. Le mal est disposé inégalement dans chaque homme, comme le génie, comme la folie. Le bien comme le mal sont le produit des circonstances et d’un levain plus ou moins agissant. » Artaud

L’ADN est une molécule très longue, composée d’une succession de nucléotides accrochés les uns aux autres. Il existe quatre nucléotides différents : l’adénosine, la cytidine, la guanosine et la thymidine dont l’ordre d’enchaînement est très précis et correspond à l’information génétique. La modification d’un seul nucléotide entraîne une modification de l’ADN et donc du caractère de l’être humain.b64i0878_dxo

« Il parait que les bonobos sont nos cousins les proches. Pendant des années on a cru que c’était les chimpanzés mais pas du tout. En fait ils sont totalement différents de nous. Les chimpanzés sont méchants. Tu savais qu’ils s’entretuaient ? Quand un chimpanzé se retrouve écarté du groupe avant qu’il ait eu le temps de réaliser ce qu’il se passe il est traqué par les autres, ça peut durer des mois. Les chimpanzés étaient nos cousins les plus proches mais maintenant ils disent qu’en fait c’est les bonobos. C’est vraiment incroyable, je veux dire ils sont tous comme les chimpanzés, pourtant la moindre petite différence dans leur ADN et…. » Léa, A.D.N.

A.D.N. pose la question du caractère de l’être humain. Qui sommes nous ? Que devenons nous ? Voilà des questions propres à l’adolescence.

À travers notre mise en scène, nous mettons l’accent sur les réseaux sociaux et les nouveaux moyens de communication.rapports des jeunes avec les

Nous évoquons aussi les dépendances, les « jeunes » sont dans ce perpétuel paradoxe : vouloir s’émanciper, et freiner cette émancipation inconsciemment. Ils sont dans ce besoin de concrétiser
leur futur, dans cette nécessité de transgresser les règles et de vivre des sensations intenses, de s’évader de leur monde à travers les jeux vidéos, la drogue, l’alcool…

Nous traitons de la notion de groupe comme celle d’appartenir à quelque chose. Le groupe comme une sensation d’être quelqu’un parmi cette immensité (ce qui est d’autant plus actuel aujourd’hui). Celle-ci soulève l’idée de l’intégration (bizutages et fratries). Celle-ci touche de près le problème des rapports à l’humiliation dans les écoles. Nous cherchons à comprendre la cause et le degré de responsabilités d
e chacun : élèves, corps enseignants, éducation parentale, télévision…

Qui sommes-nous au-delà de notre être social ? Comment pouvoir se connaître en étant entouré par tous ces leurres ?

Nous en arrivons à la question : qu’est-ce que la mort ?

Nous évoquons la mort physique et leur rapport à celle ci.

« Mort ?

Ouais.
Quoi, mort ?

Ouais.

Genre vraiment mort, pas mort-vivant ?

Oui, pas mort-vivant.

Tu es sûr?

Oui. » Jan et Mark, A.D.N.

Mais aussi la mort de l’enfant : l’adolescence. Comment l’adulte naît-il ? Comment certaines situations marquent-elles et transforment-elles l’adulte de demain ?

b64i0693_dxo A.D.N. de D.Kelly est une écriture impulsive et tranchante proche du documentaire. Chaque mot et ponctuation sont de l’ordre du sensible.

Dans ADN nous réalisons un travail d’investigation et privilégions le langage corporel et le langage scénique.

A.D.N. est un condensé de vie, de jeunesse, d’erreurs, de violence naviguant entre les univers du masque, du corps, et de la vidéo.

« Le devoir de l’écrivain, du poète

N’est pas d’aller s’enfermer lâchement dans un texte, un livre, une revue dont il ne sortira plus jamais

Mais au contraire de sortir Dehors Pour secouer, Pour attaquer,

L’esprit public, Sinon A quoi sert-il? Et pourquoi est il né? » Artaud

Pour cela ADN est joué par 11 jeunes comédiens-danseurs représentants le groupe et Adam. Ce qui m’intéresse est leur vision de l’avenir, et leur manière d’appréhender ce texte avec leurs expériences, leur fragilité, leur folie, leur fougue et leur innocence. On aborde la pièce de manière organique : chercher, explorer les personnages, le groupe qu’il forme. Qui sont ces personnes?

« J’étais perdu.b64i0825_dxo

Dehors.

J’étais malheureux, écrasé.

Je suis sorti au jour.

Je me rappelais plus les choses

je me rappelais plus rien.

J’étais tout neuf.

Un nouveau

un nouveau

un nouveau moi.

Et je me suis senti heureux.

J’ai ri. » Adam, A.D.N.